Directeur

Patrick Drogui

Institut national de la recherche scientifique. Centre Terre Eau Environnement

Traitement des eaux, électrotechnologies, membranologie et procédés oxydatifs avancés

Les intérêts de recherche du professeur Drogui portent principalement sur la mise au point et le développement de nouvelles technologies d’élimination de polluants (inorganique et organique). Au nombre de ces techniques se trouvent les électrotechnologies, des procédés mettant à profit les propriétés et techniques électrochimiques. Ces techniques peuvent être utilisées efficacement pour améliorer des systèmes existants de traitement des eaux usées municipales et industrielles, ou encore pour remplacer des technologies conventionnelles peu efficaces pour l’enlèvement de certains contaminants inorganiques ou organiques spécifiques. L’intérêt de ces techniques réside dans leur aspect non polluant et leur facilité d’automatisation. Ces caractéristiques sont favorables au développement industriel de procédés de décontamination de rejets industriels et urbains. À l’heure actuelle, il existe très peu de procédés opérés en une seule étape, capables d’éliminer simultanément les polluants inorganiques et organiques toxiques.

Cocandidats

Jean-François Blais

INRS, Centre Eau Terre Environnement

Décontamination de rejets industriels et municipaux pollués par des métaux toxiques et des contaminants organiques

Le professeur Blais travaille à la mise au point de filières de traitement, d’assainissement, de décontamination et de valorisation de différents types de rejets domestiques, urbains et industriels. Plus spécifiquement, il œuvre au développement de procédés hydrométallurgiques, chimiques ou biologiques pour la décontamination et la valorisation de matrices contaminées par des métaux, des terres rares et/ou des composés organiques toxiques (ex. hydrocarbures aromatiques polycycliques, dioxines et furanes), tels que les sols pollués, les cendres d’incinérateurs, les déchets de bois traité, les déchets de piles et batteries, les déchets électroniques, les résidus miniers et divers types de rejets industriels. Il travaille également à la mise au point de filière de traitement des eaux usées et de valorisation de biomasses adaptées aux régions éloignées. De plus, il est spécialisé dans l’élaboration de modèles informatisés d’évaluation technico-économique des technologies en développement.

Satinder Kaur Brar

INRS, Centre Eau Terre Environnement

Bioconversion de la biomasse de déchets industriels et municipaux et formulation de bioproduits

La professeure Brar se spécialise en recherche et développement dans le domaine du traitement des déchets agricoles, municipaux et industriels et de leur valorisation en différents bioproduits, tels que biopesticides, enzymes, agents de biocontrôle, biocarburants (biodiesel et biohydrogène) et molécules plateformes (ex. acide citrique, biobutanol) en utilisant des nanobioprocédés dans le but d’obtenir des produits à rendement élevé. Elle travaille aussi dans le domaine de la chimie verte pour trouver des produits de remplacement écologiques à certains composés synthétiques utilisés dans l’industrie agroalimentaire (ex. nitrites et nitrates). Ses domaines d’expertises englobent aussi bien la microbiologie industrielle que la chimie environnementale, les bioprocédés et la valorisation des boues d’épuration en produits à haute valeur ajoutée, le génie agroalimentaire, le contrôle et l’élimination des polluants organiques, ainsi que le développement et le transfert de technologies.

Hubert Cabana

Université de Sherbrooke, Génie chimique et génie biotechnologique

Qualité de l’environnement, contaminants émergents

Qualité de l’environnement. Polluants émergents. Micropolluants. Champignons lignivores. Enzymes oxydatives. Immobilisation enzymatique. Bioréacteurs. Composés odorants

Yves C. Comeau

École Polytechnique de Montréal, Génie Civil, géologique et des mines

Traitement des eaux municipales et industrielles

  • Traitement des eaux usées municipales et industrielles

  • Enlèvement du phosphore et de l’azote par procédés biologiques, physiques et chimiques

  • Modélisation

My Ali El Kakhani

INRS, Centre Énergie Matériaux Télécommunications

Procédés plasma/laser pour la synthèse des matériaux nanostructurés

Les travaux de recherche du professeur El Khakani portent sur l’étude de la croissance, l’assemblage et les propriétés des matériaux nanostructurés (incluant les nanotubes, les nanoparticules et les couches ultraminces). Il s’intéresse au développement de nouveaux procédés pour la synthèse de ces nanomatériaux en mettant à profit son expertise dans le domaine des plasmas froids (ablation laser, pulvérisation RF ou DC, PECVD) ou encore par d’autres approches tels que le sol-gel ou le bombardement ionique. Une grande part de ses efforts est consacrée à l’étude des propriétés (électriques, optiques, mécaniques ou catalytiques) de ces nouveaux nanomatériaux dans le but de mieux comprendre les inter-relations nanostructure-propriété, d’une part, et de développer des dispositifs avancés en micro/nano-électronique, en photonique et en nanotechnologie. Une grande partie des travaux de recherche du professeur El Khakani se déroule dans le cadre des consortiums structurants suivants : le Réseau Canadien de Centres d’Excellence en Micro-électronique (MICRONET), Le réseau inter-universitaire « Nano-Québec» du MRST et le regroupement stratégique «Plasma-Québec » du NATEQ.

Azadeh Kermanshahi-Pour

Dalhousie University, Process Engineering and Applied Science

Développement de procédés de traitement et de réutilisation des eaux résiduaires

Les recherches de la professeure Kermanshahi-Pour sont consacrées à la dérivation de la bioénergie et de produits chimiques à valeur ajoutée à partir d’une bioraffinerie intégrée. Ses objectifs s’étendent également au développement de procédés d’extraction écologiques utilisant des fluides supercritiques. Digestion anaérobie, bioremédiation et identification de la voie de biodégradation des produits chimiques dans l’environnement font également partie de ses sujets de recherche.

Banu Örmeci

Carleton University, Civil and Environmental Engineering

Développement de technologies pour le traitement de biosolides et des eaux usées

Le programme de recherche de la professeure Örmeci porte sur le traitement des eaux usées et des biosolides, l’élimination des contaminants biologiques et chimiques, la mise au point de technologies de traitement nouvelles, innovantes, durables et rentables, ainsi que l’amélioration des procédés de traitement dans les stations d’épuration.

Ses recherches sont directement liées à la protection de la santé publique et de l’environnement et visent à apporter des solutions non seulement aux problèmes mondiaux, mais également aux problèmes spécifiques rencontrés au Canada.

Elle est actuellement titulaire de la chaire Jarislowsky en eau et santé et directrice du Global Water Institute de l’Université Carleton.

Manuel Rodriguez

Université Laval, École supérieure d’aménagement du territoire et développement régional

Gestion de la qualité de l’eau potable

La programmation de recherche du professeur Rodriguez concerne la gestion de la qualité de l’eau potable, avec une approche intégrée du bassin versant au robinet du consommateur. Il s’intéresse plus particulièrement à la génération de connaissances sur l’évolution spatio-temporelle de la qualité de l’eau dans les sources d’approvisionnement et dans les réseaux de distribution, et au développement d’outils d’aide à la décision pour la gestion de l’eau potable destinés aux responsables municipaux, aux organismes chargés du cadre réglementaire et aux responsables de la santé publique.

Le professeur Rodriguez est titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG – Gestion et surveillance de la qualité d’eau potable de l’Université Laval (CREPUL) dont les principaux partenaires sont la Ville de Québec, la Ville de Lévis, la Ville de Saint-Jérôme, Avensys Solutions, SNC-Lavalin et l’Association pour la protection de l’environnement du lac Saint-Charles et des Marais du Nord (APEL).

Sébastien Sauvé

Université de Montréal, Chimie

Chimie analytique, spectrométrie de masse

La recherche faite dans le groupe du professeur Sauvé est divisée en deux axes principaux: d’une part, il regarde la spéciation chimique et la biodisponibilité des éléments traces dans les sols et dans l’eau et, d’autre part, étudie le devenir des contaminants émergents incluant plusieurs produits pharmaceutiques dans l’environnement.

Le défi principal dans l’étude des sols contaminés est d’arriver à quantifier différents paramètres d’ordre pluridisciplinaire tout en tenant compte de la grande diversité et de l’hétérogénéité des sols. Dans les sols, les contaminants ont amplement d’opportunités de s’associer à différents matériaux solides et ainsi de diminuer leur concentration dans la solution du sol. Ceci amène possiblement une diminution des contaminants qui pourraient se retrouver dans les lixiviats des sols, les eaux souterraines ou encore qui pourraient être captés par les racines des plantes. Une multitude de produits sont répandus dans l’environnement par notre mode de vie et la réhabilitation des sols est très coûteuse. Il est donc primordial de bien différencier les sols contenant des niveaux de contamination et des propriétés qui mèneront à des effets délétères sur la santé humaine ou sur l’environnement, de ceux où la contamination est supérieure à la norme, sans pour autant représenter de risque toxicologique. En d’autres mots, il s’agit d’évaluer la biodisponibilité, i.e., la disponibilité aux organismes biologiques.

Pour les produits pharmaceutiques, ses efforts initiaux visent à identifier et quantifier les produits pharmaceutiques les plus susceptibles de causer des problèmes environnementaux qui sont présentement rejetés par les stations d’épuration.

Rajeshwhar D. Tyagi

INRS, Centre Eau Terre Environnement

Bioprocédés, modélisation et contrôle de procédés pour le traitement et la valorisation de biomasses

Les travaux du professeur Tyagi et de son équipe portent sur l’extraction des métaux lourds des boues municipales et des déchets industriels par voie biologique, la conception, l’analyse et le développement des bioréacteurs ainsi que la mise à échelle des procédés microbiologiques industriels. Dans ce contexte, il s’intéresse à l’isolation et à la caractérisation des sources microbiennes pour la bioconversion et le contrôle (microbiologie appliquée). Il étudie également la modélisation mathématique des procédés microbiologiques. Enfin, il se préoccupe de bioconversion des résidus (déchets) en produits à haute valeur ajoutée (biopesticide), d’enzymes industrielles et d’agents de biocontrôle.